12 Sep 2019

Korn : The Nothing (2019)

Album : The Nothing

Style musical : Nu Metal

Compagnie : Roadrunner

NOTE : 9/10

Le groupe de nu metal américain Korn a dévoilé son nouvel album The Nothing via la compagnie Roadrunner Records. C’est leur dernier album depuis The Serenity Of Suffering en 2016.

Un album assez sombre

Korn a toujours été reconnu pour leur son lourd et sombre surtout en raison de la basse de Reginald « Fieldy » Arvizu, des paroles et du type de voix de Jonathan Davis. À la fin de la chanson, qui sert d’introduction à l’album, The End Begins, on entend Jonathan Davis pleurer et on sait à partir de là, qu’on va entendre un album émotionnel et sombre comme le bon vieux matériel du groupe. C’est le cas quand on entend la chanson Cold où la basse est très présente et que le « Growl » de Jonathan Davis est présent la plupart du temps dans la chanson. D’ailleurs, ce n’est pas seulement cette chanson qui est comme ça. Toutes les chansons de l’album ont un son lourd et intense et on a droit à de bons « bridge » comme dans Idiosyncrasy et The Darkness Is Revealing où le côté « creapy » de Jonathan Davis est assez présent. Bref, si vous aimez l’ancien matériel, vous allez adorer The Nothing.

Un mélange d’anciens et de nouveaux sons

Ce qui est bien avec The Nothing c’est qu’on entend leur ancien style avec la forte présence de la basse et du côté « creepy » mais aussi on entend leur nouveau style surtout dans les refrains qui sont semblables à l’album The Serenity Of Suffering. D’ailleurs les refrains sont très bons dans l’album surtout dans les deux « singles » Cold et Never Find Me qui sont probablement les deux chansons qui se démarquent le plus. Aussi, le groupe a diminué les bruits de musique électronique ce qui fait en sorte qu’il s’éloigne du côté nu metal. Bref, le groupe a bien mélangé leur ancien et leur nouveau son ce qui devrait plaire à plusieurs.

Est-ce un bon album?

Oui, c’est un bon album et le groupe a réuni les éléments qui représentent bien Korn c’est-à-dire des riffs lourds, des paroles sombres et un bon mélange de « growl » et de voix « clean ». Tout ça avec les refrains semblables à l’album précédent, fait en sorte que l’écoute de l’album passe vraiment vite et qu’on a envie d’en entendre plus.


Lu 2547 fois Dernière modification le jeudi, 12 septembre 2019 13:35
Évaluer cet élément
(4 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Tool : Fear Inoculum (2019)