18 Oct 2013

Billy Talent : Entrevue vidéo avec les 4 membres du groupe à Montréal

Entrevue Billy Talent - Metropolis de Montréal – 18 octobre 2013 - TRADUCTION FRANÇAISE EN BAS DE LA VIDÉO!

Vidéo et montage: Patryk Pigeon
Entrevue: Sophie Ferrandino

 

MU : Bonjour! Alors nous sommes avec Billy Talent. Donc j’ai concocté une petite entrevue « spécial 10e anniversaire » pour vous, donc c’est 10 questions.

Ben : Ah cool!

MU : Wow! Alors ce sera 10 questions et chacune aura rapport au chiffre et on va descendre de 10 à 1.

Ben : Ok!

MU : D’accord. Dix! Pour vos 10 ans vous avez décidé de faire une série de concerts dans de plus petites salles et vous allez donner une partie des profits pour la tragédie ferroviaire du Lac Mégantic c’est bien vrai?

Ben : Si c’est vrai ou faux? Oui c’est vrai. Mais pas cette série de concerts-ci, nous venons de faire une série de spectacles avec Sirius Satellite Radio avec un groupe incroyable qui s’appelle July Talk et un autre groupe qui se nomme Half Moon Run. Nous avons joué dans de petites salles en Ontario et effectivement tous les profits sont allés à Lac Mégantic.

MU : Merci, en passant…

Ben : Ça fait plaisir.

MU : Et pourquoi les plus petites, pourquoi pas le Centre Bell, on sait que vous pouvez le remplir!

Ben : Je crois que c’est aussi plaisant, je crois que c’est l’allure et l’ambiance qu’ils souhaitaient avoir, un genre de spectacle plus intime et ça semblait amusant en plus que c’était pour une bonne cause alors on a dit oui. C’est arrivé très rapidement et naturellement.

MU : Et comment vous sentez-vous de jouer dans de plus petites salles cette fois-ci comparativement à la dernière fois ou vous étiez au Centre Bell avec 12 000 personnes?

Ben : Cette salle n’est pas si petite par contre, c’est quand même grand!

MU : C’est quand même 2500 versus 12 000!

Ben : Oui j’avoue! Je ne sais pas, c’est bien, c’est amusant! On parlait justement de la dernière fois qu’on a joué ici (au Métropolis), je crois que c’était il y a 15 ans nous étions en première partie de Reel Big Fish et nous n’avons plus jamais rejoué ici depuis, ce qui est vraiment fou.

Jon : C’est cool de pouvoir jouer ici c’est une belle salle.

Ben : Oui c’est une très belle salle.

MU : Vous allez aimer la question 9. J’ai fait mes recherches. Donc celle-ci est à propos des Leafs, car vous êtes fans de hockey. Donc ils ont recruté numéro 45…

Ben : Oui, Jonathan Bernier…

MU : Qui vient d’ici, de Laval.

Ben : Oh il vient de Laval!

MU : Oui!

Ben : Je ne savais pas ça.

MU : Oui, alors 4 +5 = 9, donc voilà! Je suis allée jusque-là.

Ben : Oh wow ok tu n’as pas dormi!

MU : Alors que pensez-vous de l’équipe cette année et qu’est-ce qui va se passer cette saison-ci?

Jon : Je pense qu’on s’en tire bien, je pense qu’ils vont possiblement se rendre aux séries. Ils doivent devenir meilleurs un peu. C’est un bon début, 6 victoires, 2 défaites. Bernier a laissé passer un but facile hier soir par contre, as-tu vu ça?

Ben : Ouais, c’était un rebond bizarre.

Jon : Quand même…

Ben : Jon est allé voir la partie des Canadiens ici hier soir

Jon : Oui c’était bien.

Ian : (en rigolant) Il ne faut pas trop en laisser passer des faciles…

MU : D’accord, chanson numéro 8 sur votre premier album dont vous fêtez les 10 ans cette année, félicitations. « Standing In The Rain », qu’avez-vous à dire à propos de cette chanson 10 ans plus tard, c’est toujours d’actualité?

Ian : Oui ça l’est d’une certaine façon. Ça nous rappelle des souvenirs lorsqu’on enregistrait notre premier album à Vancouver, et si tu es déjà allé à Vancouver il pleut beaucoup là-bas, alors on marchait vers le studio chaque jour en passant par Hastings et il y a ce parc qui s’appelle Pigeon Park où beaucoup de personnes aux prises avec la drogue et la prostitution se retrouvent. Et cette chanson-là parle de cette réalité au quotidien.

Aaron : En même temps on voyait beaucoup d’affiches de femmes disparues, parce que c’était durant cette période où cet homme avait kidnappé des prostituées et ensuite les avait tuées et enterrées à sa ferme. Alors c’était très d’actualité à l’époque, ce sont nos souvenirs à propos de chanson numéro 8.

Ben : (ironiquement) C’est une chanson joyeuse pour se remonter le moral, une chanson d’été.

MU : Dans 7 ans, nous serons en 2020. À quoi l’industrie musicale v-t-elle ressembler à ce moment-là?

Ben : Personnellement, je crois que ça va devenir comme un service, comme une utilité comme l’eau et la lumière. Tu pourras payer un certain montant mensuel et tu pourras obtenir toute la musique que tu veux, autant que tu veux. Je ne crois pas qu’il y aura encore des compagnies de disques. L’industrie de la musique ne sera plus ce qu’on en pense aujourd’hui, elle sera métamorphosée en autre chose complètement. C’est ce que j’en pense.

MU : Vous êtes tous d’accord?

Ben : Qu’est-ce que Jon en pense?

MU : Oui qu’est-ce que Jon pense?

Jon : Je pensais au groupe dans Star Wars, le Cantina band. Je pensais que l’avenir de la musique serait quelque chose comme ça.

Ben : Oh tu penses vraiment à la musique dans le futur avec des extra-terrestres aux têtes bizarres qui jouent du xylophone avec des lézards et tout.

MU : Dans 7 ans!

Jon : Peut-être, on ne sait jamais, les choses vont vite!

MU : Numéro 6. Le 6 novembre, vous serez à votre première date de votre tournée européenne en Pologne.

Ben : Oh non, on a déjà joué en Pologne avant.

MU : J’ai bien vu le 6 novembre sur votre site web.

Aaron : Oui.

Ian : Mais on a déjà joué en Pologne auparavant.

MU : Oui, donc vous y êtes déjà allés, comment c’est là-bas, quels sont vos souvenirs, cela doit être un peu plus spécial pour toi, car tu es de descendance polonaise.

Ben : Oui mes grands-parents sont de là. Oui c’est génial, la ville est beaucoup cosmopolite et « hip » qu’on ne le pense, où que je ne le pensais. Surtout la ville de Varsovie, la vieille ville est vraiment magnifique, l’architecture et l’histoire est aussi impressionnante. Mais au travers toute la crise économique en Europe ils sont l’un des seuls endroits qui a continué de générer du profit et ils ont un système qui est très bien géré là-bas. Alors oui j’aime beaucoup ça, mais il ne faut pas boire de Staropolska, ou prends en un verre, mais juste un verre pas plus parce que sinon toute la planète va bouger.

MU : Sinon de mauvaises choses vont arriver, ok on va faire attention. Cinq. Il y a cinq ans, en 2008, à mi-chemin vers votre décennie, vous étiez en tournée, puis vous étiez en train d’enregistrer Billy Tallent III… Quels sont vos meilleurs souvenirs de ce temps-là?

Ian : Oh je ne sais pas, c’était une époque bizarre…

MU : Oui, pourquoi?

Ian : Nous venions de signer un contrat avec une grosse compagnie de disques aux États-Unis et c’était une transition vers une autre compagnie, donc c’était comme un nouveau début pour nous et nous voulions écouter les gens qui travaillent pour nous et nous avons fait des choix bizarres et maintenant nous sommes là, tout est redevenu beau!

MU : Vous êtes toujours en vie! Alors question numéro 4, donc vous êtes 4 membres du groupe, donc mis-à-part votre talent indéniable en musique, quel autre talent avez-vous?

Jon : Ian est un excellent artiste, il peut peindre, dessiner.

Ben : Ian est bon dans tout.

Jon : Aérographe (airbrush).

Ben : Oui, il peut faire un beau plâtre si jamais tu te casse le poignet. Et toi tu es bon dans quoi?

Ian : Jon est un très bon joueur d’hockey. Bien il est meilleur que nous tous. Aaron ne peut même pas patiner!

Aaron : Je pense que si j’essayais je pourrais.

Ben : Moi aussi je ne sais pas, je ne suis pas un bon patineur.

MU : Et Ben et Aaron?

Ben : Je ne suis pas bon dans rien à part être le chanteur et Aaron n’est pas bon dans rien à part jouer de la batterie.

Jon : Magie!

MU : Ça ne se peut pas!

Ben : Magie! Je sais faire un seul tour! Oui j’aime la magie.

MU : Bon alors on a un artiste, un joueur d’hockey et deux magiciens.

Ben : Et deux gars qui ne sont bons à rien.

Ian : Humoriste et euh…

Ben : Ah oui ok!

Aaron : J’aime cuisiner!

Ian : Oh oui Aaron est bon cuisinier!

MU : Ah d’accord cuisine et humour.

Ben : Aaron sait faire le logo.

MU : Belle équipe. Question numéro 3. Quels sont les 3 albums que vous ne pourriez pas vivre sans?

Ben : Jane’s Addiction « Nothing’s Shocking », Public Enemy « It Takes a Nation of Millions to Hold us Back » et probablement Nirvana « Nevermind ».

Ian : Soundgarden « Badmotorfinger », The Clash « London Calling » et Led Zeppelin « Houses of the Holy ».

MU : J’aime bien quand ça vous vient rapidement comme ça.

Aaron : Deftones « White Pony », Red Hot Chili Peppers « Blood Sugar Sex Magik » et Blind Melon « Soup ».

Jon : « Blood Sugar Sex Magik »

Aaron : Tu ne peux pas en prendre un que j’ai dit!

Ben : Oui, soit original!

Jon : D’accord…

Ben : Il peut choisir ce qu’il veut…

Jon : Cake…

Ben : « Prolonging The Magic »

Jon : Oui, « Prolonging The Magic »…

Ben : Excellent choix.

Jon : Quelques autres albums, ils sont vraiment excellents. Et Rage Against The Machine, l’album éponyme je crois que c’est un bon choix.

Ben : Il t’en manque un!

Jon : Non, je garde mon premier choix comme Aaron. « F U man! »
(rires)

MU: Question numéro 2. Les deux meilleurs concerts que vous avez jamais eu. Pas nécessairement parce qu’ils étaient incroyables, juste un souvenir ou une anecdote ou…

Ben : Je vais dire ceci et c’est sincère, c’est un de mes choix, les deux dernières fois que nous avons joué au Centre Bell ici, c’était très spécial.

MU : N’essaie pas d’être trop gentil.

Ben : Non je n’essaie pas! Je suis sérieux, chaque fois qu’on joue au Centre Bell il se passe quelque chose de magique. Et on pense toujours qu’on devrait terminer la tournée là parce que ça ne deviendra pas mieux que ça. Et je dirais qu’un autre est aussi le Festival d’Été à Québec, c’est un de mes festivals préféré dans le monde.

MU : On rock!

Ian : Oui c’est vrai, ce sont les meilleurs!

Jon : Rock am Ring

Ben : Oui et Rock am Ring en Allemagne est très cool aussi.

MU : L’Allemagne, ok. Et numéro un, finalement, quel est votre priorité numéro un pour votre groupe pour la prochaine décennie?

Jon : Écrire de grandes chansons.

Ben : Écrire de grandes chansons. Devenir meilleurs.

Ian : Devenir meilleurs.

MU : Vous ne pensez pas que vous êtes rendu à ce point-là encore?

Ian : Non, je crois que tout le monde apprend constamment et essaie de devenir encore meilleur et nous aussi alors… C’est toujours bon de poursuivre nos efforts dans ce sens-là.

MU : Donc c’est votre but principal.

Ian : Oui! Devenir meilleurs.

Ben : Être encore ensemble dans 10 ans serait bien aussi. J’aurai une barbe toute grise à ce moment-là.

MU : Super. Alors merci beaucoup!

Ben : Merci à toi! Bon travail, bonnes questions! Merci!

 

 

Lu 3955 fois Dernière modification le samedi, 07 juin 2014 13:58
Évaluer cet élément
(0 Votes)