27 Fév 2012

Children Of Bodom: Entrevue vidéo avec Alexi Laiho (2012)

TRADUCTION FRANÇAISE APRÈS LA VIDÉO:

Entrevue et traduction: Sophie LeMay

Vidéo et montage: Patryk Pigeon

 

 

 

Musik Universe : Bon retour à Montréal! Comment se passe la tournée jusqu’à maintenant?

Alexi Laiho : Ça va bien. Nous sommes sur la route depuis cinq ou six semaines et il nous reste environ une semaine à faire. C’est une bonne chose que les dates canadiennes soient en fin de tournée parce que nous avons toujours hâte d’y arriver. Nous avons toujours eu des foules vraiment trippantes ici, surtout à Montréal. Ça nous rend plutôt fébriles.

MU : Et quel est votre meilleur souvenir de Montréal?

Alexi : Tous les spectacles que nous avons donnés ici! Depuis le tout premier jour, nous avons eu des foules complètement capotées… dans le bon sens du mot. Et j’aime bien la ville. Nous avons eu des partys mémorables ici.

MU : C’est une bonne chose que vous soyez habitués au froid…

Alexi : Oui, mets-en! Et, en fait, c’est la première fois qu’il fait froid durant notre tournée, alors on se sent comme à la maison.

MU : Lors de votre dernière visite, un autre membre du groupe nous a parlé d’un livre de photos… Savez-vous quand il devrait paraître?

Alexi : Oui, je pense qu’il devrait sortir en avril, peut-être… Non, en fait je ne sais pas quand, mais je sais qu’il va finir par sortir. Et ça va être vraiment cool, il va être vraiment gros, avec plein d’images tirées des deux dernières années, en tournée et en studio, beaucoup de photos en arrière-scène… Ça va être vraiment intéressant!

MU : Quels sont les projets à venir pour le groupe?

Alexi : Après cette tournée, nous allons prendre un mois de repos, ce qui est vraiment nécessaire pour nous tous! Ensuite, il y aura des festivals en Europe tout l’été, de mai à août ou fin juillet. Après, nous allons commencer à créer de nouvelles chansons. J’ai vraiment hâte d’être rendu à cette étape.

MU : Avez-vous déjà des idées?

Alexi : J’ai des idées, mais je n’ai rien fait avec encore… Le fait est que je ne suis pas capable d’écrire en tournée, ce n’est pas un bon environnement pour moi. Je sais que plusieurs le font, mais ça ne marche pas pour moi. C’est correct, car même si j’ai une mémoire merdique, les riffs trouvent le moyen de me rester en tête, alors ce n’est pas un problème.

MU : Pensez-vous revenir à vos racines avec cet album ou regardez-vous toujours devant?

Alexi : Nous n’avons rien préparé encore, alors nous verrons bien ce qui va arriver. Mais nous n’avons jamais rien planifié et nous y allons avec ce qui nous vient naturellement. Il faut rester authentique et ne pas trop réfléchir.

MU : La dernière fois que vous êtes venus à Montréal, vous avez joué sur scène avec Jeff Waters. Comment cette amitié s’est-elle formée?

Alexi : J’ai toujours été un grand fan d’Annihilator et je me souviens qu’il m’a contacté pour me demander si je voulais jouer un solo sur un de ses albums, car il aurait entendu entre les branches que j’étais fan d’Annihilator. J’ai trouvé ça très flatteur parce que c’est un sacré bon guitariste, alors j’ai accepté. Plus tard, j’ai joué avec lui sur scène lorsqu’il était de passage à Helsinki, en Finlande. Nous sommes donc devenus plutôt amis et c’est devenu une tradition que je joue King of the Kill avec eux lorsque nous sommes au même endroit. On a beaucoup de plaisir!

MU : Étant donné que le français est la langue principale au Québec, j’aimerais vous demander quelque chose qui n’a probablement pas été traduit vers notre langue… Quelle est l’origine du nom du groupe?

Alexi : Eh bien, je ne pourrai pas le dire en français, mais je vais te l’expliquer en anglais. Alors, Children of Bodom… Bodom est le nom d’un lac finlandais situé en banlieue de Helsinki, là où nous avons grandi, où il y a eu une série de meurtres en 1960. Quatre adolescents étaient allés y camper, puis au milieu de la nuit… personne ne sait vraiment ce qui est arrivé, mais il semblerait que quelqu’un ait commencé à planter un couteau dans les tentes, au hasard. Trois en sont morts et un seul a survécu. À ce jour, ce crime n’a pas été résolu. Pas mal tout le monde pense que c’est probablement le survivant qui a tué les autres, mais on ne sait jamais… Pour nous, c’était plutôt cool parce que c’est une histoire vraie, mais dure à la fois, ce qui convient à notre musique, et ça nous rappelle notre enfance dans ce coin-là.

MU : Et il y a une aura de mystère qu’il l’entoure…

Alexi : Mets-en! Il ne reste qu’à espérer que le crime ne sera jamais résolu…

MU : Cette histoire vous sert-elle encore d’inspiration pour vos chansons?

Alexi : Pas tellement, mais pour quelques chansons, oui… Je crois que chaque album devrait contenir une chanson en lien avec Bodom. C’est un sujet facile à utiliser, car c’est une histoire d’horreur mais personne ne sait ce qui est arrivé, alors on peut bien inventer ce qu’on veut! Cependant, je n’y ai pas pensé pour le dernier album, alors il n’y a pas de chanson sur Bodom… Mais bon... Désolé! Je vais en mettre deux sur le prochain.


Quelques questions de nos lecteurs…

Question : Croyez-vous que le CD est voué à disparaître et que les fichiers MP3 deviendront la norme?

Alexi : J’espère que non, mais j’ai bien peur que ça finisse par arriver. Mais j’espère que les gens vont continuer d’acheter des CD pour que ce format ne disparaisse pas. On ne peut rien y faire, alors il ne reste qu’à espérer.

Question : Un de vos fans nous a dit qu’il a appris à jouer de la guitare grâce à vous… Il aimerait savoir ce qui vous a poussé vers cet instrument?

Alexi : C’est quelque chose qui m’intéresse depuis que je suis tout petit. J’ai commencé à jouer du violon à l’âge de 7 ans, puis je me suis mis à écouter du rock, du hard rock et du heavy metal. J’adorais les sons de guitare et les guitaristes étaient les gars les plus cool au monde. Mais je crois que ç’a commencé avec Dire Straits ou quelque chose que mon père écoutait quand j’avais 4 ans et ça m’épatait vraiment. Je ne m’en rappelle pas tellement, mais mes parents m’ont dit que les sons de guitare m’obsédaient. C’est à peu près ça…

Question : Comment réagissez-vous aux mauvaises critiques de vos fans?

Alexi : Eh bien, tout le monde a droit à son opinion… Qu’est-ce qu’on peut y faire, hein? Ça ne me fera pas vraiment de peine, c’est certain. Si t’aimes pas ça, t’aimes pas ça. Point final.

MU : Merci beaucoup et bon spectacle!

Alexi : Pas de problème! Merci!

Lu 4748 fois Dernière modification le jeudi, 05 juin 2014 23:50
Évaluer cet élément
(0 Votes)